Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du club de lecture de suisse romande
  • Le blog du club de lecture de suisse romande
  • : Echange de points de vue sur des livres. Critiques de romans. Comptes-rendus de lecture. Support du club de lecture francophone de Zürich
  • Contact

Liste des auteurs

Abu-Jaber Diana

      - Origine

 

Agus Milena

      - Mal de pierres

 

Alberoni Francesco
      - Je t'aime

Allende Isabel
      - Eva Luna

 

Assouline Pierre

      - Les invités

Atkinson Kate
      - La souris bleue


Auster Paul
      - Brooklyn Follies

      - Invisible
      - Léviathan

 

Barbery Muriel
      - L'élégance du hérisson
      - Une gourmandise

Baricco Alessandro
      - Soie

Barjavel René
      - La nuit des temps

 

Barnes Julian

      - Pulsations


Bauchau Henry
      - Antigone
      - Le boulevard périphérique

 

Bazin Hervé

      - Le démon de minuit

Bégaudeau François
      - Entre les murs

Belletto René
      - La Machine

Bello Antoine
      - Les éclaireurs
      - Les falsificateurs

Berger John
      - Un métier idéal

Bleys Olivier
      - Semper Augustus

Blondin Antoine
      - Les enfants du bon Dieu

 

Bobin Christian

      - Les ruines du ciel

Bouvier Nicolas
      - Le poisson scorpion

Bovard Jacques-Etienne
      - Les Nains de jardin


Boyd William

      - Les vies multiples d'Amory Clay

      - Orages ordinaires

      - Solo


Brink André
      - L'amour et l'oubli

      - Mes bifurcations

Brune Elisa
      - Alors heureuse... croient-ils!

 

Bukowski Charles

      - Les contes de la folie ordinaire

 

Camus Albert

      - La chute

 

Carrère Emmanuel

      - D'autres vies que la mienne

 

Carrisi Donato

      - Le chuchoteur

 

Cart-Tanneur Emmanuelle

      - Et dans ses veines coulait la sève


Case John
      - Syndrome

Cauvin Patrick
      - Belange
      - Menteur

Céline Louis-Ferdinand

      - Voyage au bout de la nuit

 

Char Yasmine

      - A deux doigts

      - La main de Dieu

      - Le palais des autres jours

Charles David
      - La part du vide

Chattam Maxime
      - In Tenebris

      - La promesse des ténèbres

Chessex Jacques
      - La Confession du Pasteur Burg

      - Le vampire de Ropraz

Claudel Philippe
      - Le rapport de Brodeck

      - La petite-fille de Monsieur Linh

 

Clermont-Tonnerre (de) Adélaïde

      - Le dernier des nôtres

Coben Harlan
      - Dans les bois
      - Promets-moi

Coe Jonhatan
      - La pluie, avant qu'elle tombe

      - La vie très privée de Mr. Sim

Coetzee John Maxwell

      - L'été de la vie

 

Cohen-Scali Sarah

      - Max

 

Colette

      - Le blé en herbe

 

Collectif
      - Les tribulations d'un voyageur helvétique

Connelly Michael
      - Les égouts de Los Angeles

 

Crews Harry

      - Des mules et des hommes

 

Cunéo Anne
      - Zaïda

 

Cunningham Michael

      - Crépuscule


Dai Sijie
      - Balzac et la petite tailleuse chinoise

Deghelt Frédérique
      - La grand-mère de Jade

Delecroix Vincent
      - La chaussure sur le toit

Delerm Philippe
      - Le Bonheur

Depestre René
      - Eros dans un train chinois

Desarthe Agnès
      - Mangez-moi

 

Dexter Pete

      - Cotton Point 

 

Dicker Joël

      - La vérité sur l'affaire Harry Quebert

 

Didion Joan

      - L'année de la pensée magique

 

Djian Philippe

      - Bleu comme l'enfer

      - Lent dehors

Dubois Jean-Paul
      - Les accommodements raisonnables

      - Je pense à autre chose

      - Kennedy et moi

 

Duncker Patricia

      - La folie Foucault

 

Duong Thu Huong
      - Terre des oublis

 

Duroy Lionel

      - Le chagrin


Durrell Lawrence
      - Affaires urgentes
      - Justine
      - Balthazar

      - Clea

      - Mountolive. Le quatuor d'Alexandrie

Duve (de) Christian
      - A l'écoute du vivant

      - Sept vies en une

 

Etxebarria Lucia
      - Ce que les hommes ne savent pas

Exbrayat Charles
      - Le temps se gâte à Zakopane

Férey Caryl

      - Zulu

Ferney Alice

      - Paradis conjugal

 

Ferry Luc
      - Apprendre à vivre

Figerou Jean
      - Dame pipi

Fiszman Véronique
      - Les voisins

Foenkinos David

      - La délicatesse

 

Ford Richard
      - L'état des lieux

Fottorino Eric

      - Baisers de cinéma

 

Fournier Jean-Louis
      - Satané Dieu!

Fra Roberto
      - Du mouron pour les mous ronds

 

Franceschi Patrice

      - Avant la dernière ligne droite

Gallay Claudie
      - Les déferlantes

 

Garnier Pascal

      - Nul n'est à l'abri du succès

Gattégno Jean-Pierre
      - Avec vue sur le royaume

Gavalda Anna
      - L'échappée belle
      - La consolante

 

Gildiner Catherine

      - Séduction

 

Grémillon Hélène

      - Le confident

 

Grimes Martha
      - L'inconnue de la crique

 

Grivel Jean-Claude

      - Courriels mortels

 

Grondahl Jens-Christian

      - Quatre jours en mars


Grozdanovitch Denis
      - Brefs aperçus sur l'éternel féminin
      - Rêveurs et nageurs

 

Guenassia Jean-Michel

      - Le club des incorrigibles optimistes

      - La valse des arbres et du ciel

 

Haasse Hella S.

      - Les routes de l'imaginaire

 

Hanika Iris

     - Une fois deux

 

Harrison Jim

      - Une odyssée américaine

      - Les jeux de la nuit

      - Grand Maître

      - En Marge

 

Hayder Mo

      - Birdman

 

Heinicken Veit

      - Les requins de Trieste

 

Hemingway Ernest

      - Le soleil se lève aussi

 

Henrichs Bertina

      - La joueuse d'échecs

 

Hermann Judith

      - Alice

 

Hiaasen Carl
      - Striptease

 

Hornby Nick

      - Carton jaune

 

Houellebecq Michel

      - La carte et le territoire


Huston Nancy
      - Lignes de faille 

 

Indridason Arnaldur

      - Hypothermie

 

Inoué Yasushi

      - Le fusil de chasse

 

Irving John

      - A moi seul bien des personnages

 

Ishiguro Kazuo
      - Auprès de moi toujours

Izzo Jean-Claude
      - Trilogie marseillaise
      - Vivre fatigue

Jardin Alexandre
      - Chaque femme est un roman

      - Des gens très bien

Jauffret Régis
      - Asiles de fous

 

Job Armel

      - Les mystères de sainte Freya

 

Kapuscinski Ryszard

      - Ebène

      - Mes voyages avec Hérodote

 

Jonasson Jonas

      - Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

 

Kellerman Jesse

      - Les visages

 

Kellerman Jonhatan

      - La clinique

      - Le rameau brisé


Khadra Yasmina
      - Les sirènes de Bagdad

 

Khoury Raymond

      - Le dernier templier

King Stephen
      - Cellulaire

Kingsolver Barbara
      - Les yeux dans les arbres

 

Koch Herman

      - Villa avec piscine



Kodama Paul
      - La nuit du chômeur

 

Läckberg Camilla

      - L'oiseau de mauvaise augure

 

Lamarche Caroline

      - Le jour du chien

 

Lapeyre Patrick

      - L'homme-soeur

 

Larsson Björn
      - Le rêve du philologue

Lee Harper
      - Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

 

Lemaitre Pierre

      - Robe de marié

 

Lenz Siegfried
      - La leçon d'allemand

 

Leon Donna

      - De sang et d'ébène

      - Mort à la Fenice


Lessing Doris
      - Les Grands-mères 

 

Levi Primo

      - Si c'est un homme

 

Levy Marc
      - Les enfants de la liberté

Levy Marcel
      - La vie et moi

 

Lion Julius A.

      - Poulets et perroquets

Lodge David
      - La vie en sourdine

 

Loe Erlend

      - Doppler

 

Loevenbruck Henri

      - Le syndrome Copernic

      - Le testament des siècles

 

Lonsi Koko

      - Dans l'oeil du léopard


Lovey Catherine
      - Cinq vivants pour un seul mort

 

Magris Claudio

      - Danube


Malva
      - Portraits à la dérive

 

Makine Andreï

      - La vie d'un homme inconnu


Mankell Henning

      - Les chaussures italiennes

      - Les chiens de Riga

      - Meurtriers sans visage

 

Mann Thomas

      - La mort à Venise


Matthieussent Brice
      - Vengeance du traducteur

Maupassant (de) Guy
      - Une vie

 

Mazetti Katarina

      - Le mec de la tombe d'à côté


McCall Smith Alexander
      - Le bon mari de Zebra Drive
      - Le club des philosophes amateurs

      -  Vague à l'âme au Botswana

McCarthy Cormac
      - La route

McEwan Ian

      - Solaire
      - Sur la plage de Chesil

Mc Kinley Tamara
      - La dernière valse de Mathilda

 

Mendelsohn Daniel

      - Les disparus

Mercier Pascal

      - L'accordeur de pianos
      - Train de nuit pour Lisbonne

Meyer Deon
      - Les soldats de l'aube

 

Modiano Patrick

      - Dans la café de la jeunesse perdue

Moore Viviane
      - Ombre japonaise
      - Tokyo des ténèbres 


Mouly Claudine

      - Gron-mère, pourquoi tu plonges?

 

Murakami Haruki

      - Kafka sur le rivage

      - 1Q84, livre1

      - autoportrait de l'auteur en coureur de fond

 

Norek Olivier

      - Territoires


Nothomb Amélie
      - Attentat
      - Journal d'Hirondelle
      - Métaphysique des tubes 

Nourrissier François
      - Roman volé

O'Faolain Nuala
      - Best Love Rosie

 

Ogawa Yoko

      - La formule préférée du professeur

Oksanen Sofi

      - Purge

 

Ormesson Jean d'

      - Presque rien sur presque tout



Oster Christian
      - Trois hommes seuls

Paasilinna Arto
      - Un homme heureux

 

Padura Leonardo

      - Les brumes du passé

Pennac Daniel
      - Chagrin d'école
      - Comme un roman
      - Le dictateur et le hamac
      - Au bonheur des ogres
      - La fée carabine
      - La petite marchande de prose
      - Des Chrétiens et des Maures
      - L'oeil du loup

Perec Georges
      - Les choses

Pessl Marisha
      - La physique des catastrophes

 

Pirsig Robert M.

      - Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes

Poe Edgar Allan
      - Histoires extraordinaires

Prior Lily
      - La cucina

Quiriny Bernard
      - Contes carnivores

Rahimi Atiq
      - Syngué Sabour

Rambaud Patrick
      - Deuxième chronique du règne de Nicolas Ier
      - Troisième chronique du règne de Nicolas Ier

      - Quatrième chronique du règne de Nicolas 1er

Ravalec Vincent
      - Nouvelles du monde entier

Revaz Noëlle
      - Rapport aux bêtes

 

Rey Alain

      - Dictionnaire amoureux des dictionnaires

 

Riel Jorn
      - Racontars arctiques...

Roegiers Patrick
      - La spectaculaire histoire des rois des Belges
      - Le mal du pays

 

Roisin Jacques

      - Ceci n'est pas une biographie de Magritte


Rolin Olivier
      - Un chasseur de lions

      - Port-Soudan


Roth Philip

      - Goodbye, Colombus
      - Exit le fantôme

      - Portnoy et son complexe

      - Un homme


Rufin Jean-Christophe

      - Check-point
      - Un léopard sur le garrot

      - Sept histoires qui reviennent de loin


Russo Richard
      - Le déclin de l'empire Whiting

Sachs Maurice
      - Au temps du Boeuf sur le toit
      - Le Sabbat


Saint-Exupéry Antoine (de)

      - Vol de nuit

 

Salem Carlos
      - Aller simple

 

Sam Anna

      - Les tribulations d'une caissière

 

Sapienza Goliarda

      - L'art de la joie

 

Saramango José

      - L'aveuglement

Sardou Romain
      - Personne n'y échappera 

Schmitt Eric-Emmanuel
      - La rêveuse d'Ostende

 

Sebald W.G.

      - Vertiges

 

Semprun Jorge

      - L'écriture ou la vie
 

Sepulveda Luis
      - Le vieux qui lisait des romans d'amour

Serfaty Thierry
      - La nuit interdite

 

Shaffer Mary Ann & Barrows Annie

      - Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

 

Simenon Georges

      - Dimanche

      - La fuite de Monsieur Monde

      - Le monde de Simenon, vol 1

Simmons Dan
      - Le Styx coule à l'envers

Somoza José-Carlos
      - Clara et la pénombre

Sparks Nicholas
      - Les pages de notre amour

 

Steinbeck John

      - Des souris et des hommes

 

Strasser Todd

      - La vague

Styron William
      - Face aux ténèbres

Teulé Jean

      - Charly 9
      - La loi de la gravité

Tolstoï Léon
      - La mort de Ivan Ilitch

Trousselle Laurent
      - Marche, arrêt. Point mort
      - Mémoires anonymes

      - Graine de Sabbat

Tsuji Hitonari
      - En attendant le soleil
      - L'arbre du voyageur

van Cauwelaert Didier
      - Poisson d'amour

 

van Reybrouck  David

      - Congo, une histoire


Vargas Fred
      - L'homme à l'envers
      - Pars vite et reviens tard

 

Viel Tanguy

      - Paris - Brest

 

von Schirach Ferdinand

      - Crimes

      - Coupables
   
Walls Jeannette
      - Le château de verre

Wittenborn Dirk
      - Le remède et le poison

 

Xiaolong Qiu

      - Les courants fourbes du lac Tai 

Yehoshua A.B.

      - Le responsable des ressources humaines

 

Yourcenar Marguerite

      - L'oeuvre au noir

 

Zafon Carlos Ruiz

      - L'ombre du vent

 

Zythum Paul
      - Guère Epais

Rechercher

9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 13:37


N'oubliez-pas la prochaine réunion le

19 juin 2008, 19h30

chez Patricia

Au menu: salades, La consolante (Anna Gavalda), bonne humeur, idées concernant le prix littéraire 2009 du club, humour et bonne humeur


+


Et pour ceux qui ne pourront pas être présent physiquement, un compte rendu par mail, une salade par coursier, ou un message d'encouragement feront toujours plaisir.

A bientôt

Jean-Claude

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Annonces - Réunions
commenter cet article
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 21:14

Ce qu’il y a de bien avec les livres d’Amélie Nothomb c’est qu’ils sont généralement très courts. Ce qui fait que si on les aime pas, on arrive quand même à les lire jusqu’au bout. Désolé pour les fans.

 

Dans « Journal d’Hirondelle », on échappe à la série des récits autobiographiques de l’auteur pour se retrouver plongé dans le journal intime d’un tueur à gages. Comment peut-on passer si simplement de l’activité de coursier à celle d’assassin suite à un chagrin d’amour ? Il suffit de décréter que l’on ne ressent plus aucune émotion, avoir un sens inné pour le tir et faire la bonne rencontre au bon moment. Voilà en gros les bases du récit. Le train-train s’installe jusqu’au jour où un grain de sable, le simple regard d’une adolescente parricide, se mêle de faire dérailler la mécanique pourtant si bien rodée.

 

On assiste à une lutte à mort entre les deux personnages par journal intime interposé. L’un est encore vivant, l’autre ne l’est déjà plus. Il y a également une espèce d’histoire d’amour derrière ce combat. Mais il s’agit d’un un amour si peu ordinaire, si obsessionnel, si malsain, qu’il ne peut déboucher, on le sent bien, que sur une fin tragique.

 

Amélie se mets dans la peau d’un homme et tente de nous faire partager ses pulsions les plus intimes. Ses descriptions sont conformes à son style habituel, mêlant hyper-réalisme et exagération. Mais doit-on aller jusqu’à parler de frigidité pour un homme ?

 

« Journal d’Hirondelle » n’est ni un roman policier ni d‘un thriller psychologique mais bien une parabole décalée sur pouvoir de l’esprit sur le corps et s’inscrit dans la ligne de « Cosmétique de l’ennemi ».

 

Si Amélie Nothomb n’était pas déjà un auteur à succès jouissant d’une certaine réputation, soignant méticuleusement la sortie de ses ouvrages, « Journal d’Hirondelle » aurait-il rencontré le même succès ?

 

Espérons pour finir qu’il n’y a aucun élément autobiographique dans ce récit car si c’est le cas, il y aurait un réel danger à fréquenter Amélie Nothomb de trop près.

 

Jean-Claude
Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Critiques de livres
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 09:30

Ca faisait vraiment très longtemps que je n’avais pas lu ou relu un roman d’Exbrayat (je crois bien ne plus en avoir du tout dans ma bibliothèque) et il a fallu que je tombe par hasard sur un exemplaire trainant dans une caisse de bouquins « tout à 2 francs » pour que je me décide à replonger, séduit à la fois par le titre désuet et le dessin naïf figurant sur la couverture. Nostalgie quand tu nous tiens. Il faut dire que de nos jours, à peine entre-t-on dans une librairie que l’on est littéralement assailli par des images racoleuses et des quatrième de couverture vantant des histoires de complots se tramant à l’échelle mondiale où se mêlent religion, politique et sociétés secrètes et mettant en scène des héros aux profils ambigus agissant à la frontière souvent ténue du bien et du mal.

 

Ici rien de tout ça. On a affaire à un agent secret britannique au bord de la retraite, sa mission est on ne peut plus simple, l’action se situe en Pologne ce qui dans les années soixante suffit à donner un côté «  exotique » à l’histoire. Les personnages sont à la limite de la caricature, mais la description des altercations entre les fidèles du parti communiste et les nostalgiques du régime d’antan sont assez bien rendues.

 

L’histoire se finit comme on le présumait après avoir lu les premières pages. Il est évident que l’on ne quitte pas ce livre comme on ressort de « La route » de McCarthy ou de « La chasse au bonheur » de Jean Giono, mais on sait à quoi s’attendre en s’invitant chez Monsieur Exbrayat. C’est encore un temps où l’on assassine gentiment sans violence avec tact et délicatesse, un peu comme dans les romans d’Ellis Peters ou dans les incontournables films de l’époque « Les Tontons flingueurs », « Les Barbouzes », « Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages» etc.…

 

On imagine sans trop de peine comment l’auteur a pu produire une petite centaine de romans de ce type, mais il ne faut pas oublier que certains d’entre eux se sont vendus à plus de 500 000 exemplaires prouvant ainsi qu’ils correspondaient bien à l’esprit d’une époque et à un style apprécié du public.

 

Un petit clin d’œil aux titres souvent originaux dans la veine de ceux des aventures du Commissaire San-Antonio.

 

A consommer de temps à autre pour soigner les petites crises de nostalgie.

 

Jean-Claude
Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Critiques de livres
commenter cet article
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 08:36

Comme une suite au recueil de nouvelles « Odette Toulemonde », Eric-Emmanuel Schmitt nous livre ici cinq récits pleins de tendresse, de rebondissement et d’humour.

 

On se promène au gré des histoires des plages belges d’Ostende à l’hôpital Salpêtrière, des Alpes provençales aux gorges de l’Ardèche, de Barbès à la gare de Zürich. Les héros sont tour à tour écrivain, infirmière, antiquaire, professeur de lettres, vieille dame à la retraite…

 

Une touche d’érotisme chez « La rêveuse d’Ostende », une leçon de moralité dans « Le crime parfait », un brin de romantisme dans « La guérison », un soupçon d’humour noir dans « Les mauvaises lectures » et une dose de tendresse et de mystère dans « La femme au bouquet ».

 

Le dénominateur commun entre ces différents récits ? Le pouvoir de l’imagination. Les bienfaits et les ravages que celle-ci peut provoquer chez l’être humain, créature pourtant douée de raison. L’imagination peut être mauvaise conseillère. Elle peut jouer des tours. Et même de très vilains tours. « Maurice » et « Gab » en ont tous les deux fait les frais.

 

Mais par contre, grâce à celle de Karl qu’un accident a brutalement privé de la vue, et grâce aussi à sa fabuleuse capacité de persuasion, Stéphanie va enfin prendre confiance en elle et découvrir que le bonheur commence souvent par l’acceptation de soi.

 

Une petite pensée particulière pour « La femme au bouquet » que je connais de vue au même titre que tous les voyageurs prenant le train régulièrement à la « Hauptbahnhof » de Zürich.

 

Jean-Claude
Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Critiques de livres
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 09:08

Au bonheur des ogres, La fée carabine, La petite marchande de prose.


Les trois premiers opus de la saga Malaussène. Après le remarquable « Chagrin d’école » et le déconcertant «Le dictateur et le hamac » me voici enfin plongé dans la série qui a fait la réputation de Daniel Pennac dans le monde du roman policier humoristique décalé.

 

Les histoires sont absolument abracadabrantes mais je vais découvrir au fil des différents volumes de la série que cela fait partie intégrante de la « marque » de fabrique de l’auteur à la même enseigne que les titres des romans et les traits de personnalité plutôt fantaisistes propres à chacun des personnages.

 

Les scenarios sont toujours à peu près les mêmes : cette famille « ordinaire » vit une vie tranquille dans une ancienne quincaillerie de Belleville reconvertie en appartement de fortune, si l’on peut qualifier d’ordinaire une famille composée au commencement de la saga, d’une mère perpétuellement absente pour cause de coups de foudre permanents et récurrents, d’une ribambelle de frères et sœurs tous plus déjantés les uns que les autres et d’un chien épileptique et puant…  Tout ce petit monde va être rejoint au fil des aventures par une « tante » Julia qui va progressivement s’installer au sein de la famille, par une bande de petits vieux anciens drogués plus ou moins repentis, par un inspecteur de police neurasthénique se doublant d’un baby-sitter hors pair, par de nouveaux bébés issus des amours souvent chaotiques de nos héros, j’en passe et des meilleurs.

 

Puis comme par enchantement, des évènements dramatiques, parfois tragiques mais toujours  invraisemblables se produisent mettant directement en cause le pauvre Benjamin, frère ainé au grand cœur de cette tribu passablement singulière. Cet antihéros par excellence cumule les rôles de chef de famille et de « bouc émissaire », don du ciel plutôt original dont il a su faire une activité lucrative lui permettant de subvenir aux besoins de sa maisonnée.

 

Bien évidemment la justice s’en mêle et le pauvre Benjamin se retrouve successivement soupçonné, accusé et emprisonné jusqu’à ce qu’un coup de théâtre final permette à Pennac de nous servir un « happy end » à sa façon dont on sait déjà qu’il ne sera que de courte durée puisque l’histoire va se répéter dans le livre suivant.

 

A quel degré faut-il prendre ces romans ? On sent que l’auteur s’est probablement autant amusé en les écrivant que nous-mêmes en les découvrant. On ne peut que s’attacher aux personnages dont certains vont prendre de l’épaisseur au fil du temps alors que d’autres vont finir par disparaitre, sacrifiés pour laisser la place aux nouveaux venus. Quels pourraient être les messages cachés derrière ces contes urbains des temps modernes ? Que le bien finit toujours par triompher du mal ? Que Belleville est en train de perdre son âme et de tomber aux mains des promoteurs immobiliers sans scrupules ? Que les arabes ne sont pas tous des voyous ? Que la vie n’est pas un long fleuve tranquille ?... Chacun est libre d’y trouver la leçon de morale qui lui convient le mieux.

 

On ressent une tendresse particulière de l’auteur pour les personnes âgées souvent mises en scène dans des situations loufoques, pour les médecins qui traitent le malade avant la maladie, pour les exclus de la société en général quelles que soient leurs origines, leur religions ou leurs cultures.

 

Dans « La petite marchande de prose », Pennac nous entraine sur son sujet de prédilection la littérature et nous fat partager sa vue sur le monde actuel et pas toujours reluisant de l’édition, des auteurs à succès et de leurs nègres, du marketing et de la publicité dans notre société d’hyper consommation.

 

Le style est léger, le vocabulaire simple mais précis, les dialogues percutants. On s’accommode facilement de certains passages qui peuvent être qualifiées de scènes d’horreur probablement grâce à l’invraisemblance des scenarios. Il y a du Frédéric Dard, du Giovannino Guareschi et de l’Arto Paasillina chez Pennac.

 

Je me réjouis d’avance de découvrir la suite des péripéties de cette famille pas tout à fait comme les autres.

 

Jean-Claude

 

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Critiques de livres
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 08:29

Un livre assez étonnant dans lequel on trouve pêle-mêle mêle: un roman de fiction, des aventures fictives arrivées aux personnages fictifs du roman de fiction en dehors de l’intrigue principale, de véritables histoires arrivées à des personnages réels ayant inspiré les personnages fictifs du roman de fiction, des anecdotes fictives qui auraient réellement pu arriver aux personnages réels, des anecdotes vécues et racontées par l’auteur sur lui-même l’ayant poussé à écrire certains passages du roman… tout cela présenté dans un savant désordre avec de très nombreux allers et retours dans le temps et dans l’espace et une logique propre à la Pennac... Bref, au bout d’un moment on s’y perd quand même un peu.

 

On a le grand plaisir de croiser au détour des chapitres Rudolph Valentino, Charlie Chaplin (le passage racontant leur rencontre et leur conversation dans une limousine Newyorkaise est un véritable morceau d’anthologie), ainsi qu’une galerie de personnages haut en couleurs mais dont on ne sait s’ils ont réellement existés ou s’ils sont issus en droite ligne de l’imagination reconnue de l’auteur.

 

Certains passages du livre sont très émouvants à l’instar de celui décrivant la relation entre le sosie-projectionniste-clochard et Sonia l’ouvreuse-fille de croque-mort. On ne peut rester insensible au fameux défi du « duel à l’eau » lancé par la jeune fille aux anciens compagnons de bar du héros mort à Chicago afin de pouvoir financer les funérailles de ce dernier à Hollywood. 

 

Ce livre s’inscrit entre la « saga Malaussène » pour son côté loufoque et « Chagrin d’école » pour ses nombreuses digressions sur l’écriture. Je comprends d’ailleurs que les aficionados de Daniel Pennac (dont je suis petit à petit en train de rejoindre les rangs) aient été légèrement désorientés par cet ouvrage.

 

Jean-Claude

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Critiques de livres
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 13:03

C’est avec affection que l’on relit Les Choses ; en effet, ce roman de Perec qui décrit la vie de deux étudiants dans les années soixante à Paris nous prouve que rien n’a changé depuis ; la société de consommation avec ses impératifs esthétiques et ses icônes célèbres reste la même…


Dans la première partie, Jérôme et Sylvie ont abandonné leurs études et vivent dans un minuscule appartement charmant ; pour se maintenir à flot, ils réalisent des sondages, c’est la vie de bohême, la vie au jour le jour. Leurs amis leur ressemblent et ils se retrouvent souvent pour fêter, refaire le monde et surtout boire. Hélas vers la trentaine, on assiste aux premières trahisons de ceux qui se résignent à travailler dans un bureau toute la journée, accédant à un poste à responsabilité bien payé, ce qui leur permet de s’acheter le fameux divan Chesterfield et de fonder éventuellement une famille :

Sylvie et Jérôme se résignent à leur tour :

Leurs réveils étaient effroyablement maussades ; leurs retours, chaque soir, les métros bondés, pleins de rancoeurs ; ils se laissaient tomber, abrutis, sales, sur leur divan…


Ces deux vagabonds de l’âme ne vont pas tenir longtemps et abandonner leurs espoirs d’accéder à un statut social plus élevé, continuant à rêver :

Un jour, même, ils rêvèrent de voler…En bas, les attendrait leur voiture. Ils auraient fait le plein la veille. Leurs passeports seraient en règle. Depuis longtemps, ils seraient préparés à partir. Leurs malles les attendraient à Bruxelles. Ils prendraient la route de Belgique, passeraient la frontière sans encombre.


Dans la deuxième partie, on retrouve les deux tourtereaux à Sfax, décrite comme une ville opaque ; Sylvie enseigne la littérature à des adolescents illettrés tandis que Jérôme flâne et relit le Monde de la veille sans songer à découvrir les charmes cachés des marchés arabes. C’est à Hammamet enfin, la ville aimée de tous, qu’ils entrevoient leur bonheur chez un couple d’Anglais  avant de rentrer à Paris et de se caser définitivement :

C’est pourtant en Tunisie qu’ils virent, un jour, la maison de leurs rêves, la plus belle des demeures…Mais, sans doute, il était trop tard. Les trois jours qu’ils passèrent à Hammamet ne secouèrent pas leur torpeur.


On se familiarise ici avec les thèmes chers à Perec, évoqués également dans La Disparition et repris dans La Vie mode d’emploi.
Lorsque l’on sait qu’au printemps 1967, Georges Perec rejoint l’Oulipo, l’atelier d’écriture expérimentale de Raymond Queneau, et publie Les Choses, on découvre ainsi son projet d’écriture personnelle, sa passion du quotidien.


On appréhende de même la révolution de la théorie littéraire  et on approche la notion d’écriture : A l’époque où j’ai commencé à écrire, le mot « écriture » n’existait pas dans la langue française. Il y avait des romanciers, il n’y avait pas d’écriture, nous explique Perec qui ajoute cette boutade surprenante sur la vocation de l’écrivain: il produit de la littérature, mais ce n’est pas de sa faute.

Patricia

Repost 0
Published by Patricia - dans Critiques de livres
commenter cet article
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 12:39

Déprimés s’abstenir ! Mort, cendre, pluie, froid, peur, faim, je ne sais combien de fois ces mots se retrouvent à longueur de paragraphes, à longueur de pages, de la première à la dernière ligne. S’agit-il du concours de la description la plus sinistre d’un paysage post-apocalyptique ? On suit à la trace et sur 245 pages la lente progression d’un père et de son fils sur une route traversant un monde en ruine dans lequel il ne reste plus aucune vie, plus rien ni à manger, plus rien à espérer. Quand et comment cela va-t-il finir ? On s’attend à ce que l’action évolue mais elle ne fait que se répéter, errance, peur de faire de mauvaises rencontres, manque de nourriture, épuisement des provisions puis découverte inespérée de vivres oubliés permettant de continuer le voyage, errance, peur de faire des mauvaises rencontres….

 

L’auteur a-t-il voulu faire passer un message au travers du parcours de ces deux personnages ? Y-a-t-il une morale à tirer de cette histoire ? Dieu est évoqué à quelques reprises mais ne semble pas être au centre de la réflexion. Les personnages rêvent parfois la nuit mais refusent de raconter quoi que ce soit, frustrant encore davantage le lecteur qui pouvait s’attendre à découvrir par ce biais quelques unes des pensées de l’auteur.

 

On ne parle pas trop non plus du monde « d’avant », ni des raisons pour lesquelles l’apocalypse a eu lieu. « Ca devait arriver », mais pour quelle raison ? Punition divine ? Etape inévitable dans l’histoire de l’humanité ? Pourquoi le personnage de la mère est-il si peu évoqué ? Pourquoi a-t-elle décidé d’en finir plus vite que les autres ? Peut-on classer le monde en deux catégories, les gentils et les méchants ? Faut-il toujours garder espoir en quelque chose ? En quelqu’un ? En un avenir ? Aucun semblant de réponse. Le lecteur semble libre de construire son interprétation et de tirer lui-même les conclusions qui lui sembleront les mieux adaptées à la fin de l’histoire.

 

Ce livre rappelle par certains côtés « L’aveuglement » de José Saramago et « Le voyage D’Anna Blume » de Paul Auster. Mais dans ces deux ouvrages, bien que les environnements dans lesquels ils se déroulent rappellent par certains côtés celui décrit dans « La route », les deux auteurs ont clairement voulu faire passer en premier leurs idées personnelles sur la nature humaine.

 

Le récit est découpé en petits paragraphes. Pas de chapitres et cela se comprend car il n’y a quasiment aucune évolution ni dans l’intrigue, ni dans la situation des personnages. La traduction a du être difficile car il y a un certain nombre de phrases sans verbe qui nécessite une lecture attentive pour en comprendre le sens exact.

 

« La route » a reçu le prix Pulitzer en 2007 et s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires aux Etats-Unis. L’ont-ils tous lu jusqu’au bout ? Les américains aiment-ils se faire peur à ce point ? Et quels sont les critères du prix Pulitzer ?

 

Après la découverte de ce premier ouvrage de Cormac McCarthy, je dois avouer que j’ai un peu peur de lire et d’aller voir « Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme » malgré toutes les bonnes critiques qui sont parues.

 

Vite, une histoire naïve pour se changer les idées et se replonger dans un monde peuplé de bons-vivants…

 

Jean-Claude

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Critiques de livres
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 10:42

Petit compte rendu de la réunion du club de lecture de Zürich, 22 mai 2008, chez Jean-Claude.

 

Nous avons donc eu le plaisir d’inaugurer une formule de rencontre différente du club de lecture, à savoir :

-         c’est comment chez toi ?

-         Qu’est-ce qu’on mange ?

-         J’ai apporté ça, j’espère que vous allez aimer…

-         Il ne chauffe pas ce four,

-         Parle-nous un peu de ta vie privée…

-         Et la prochaine fois, on va où ?

 

La réunion se déroulant chez lui, Jean-Claude en a profité pour arriver une demi-heure en retard (mais c’était pour la bonne cause), laissant Laurent accueillir les participants (merci Laurent).

 

Ont activement participé aux débats, au désordre dans la cuisine, à la confection des plats et aux discussions:

 

- Alexandra,

- Patricia,

- Laurent,

- Jean-Claude

 

A activement participé à la vaisselle :

 

- Jean-Claude

 

Les livres "coups de cœur" présentés (on peut parler littérature la bouche pleine) ont été:

 

-         « La rêveuse d’Ostende » de Eric-Emmanuel Schmitt par Jean-Claude, déjà présenté en mars et prêté par Alexandra (cinq nouvelles)

 

-         « La saga Malaussène » comprenant « Au bonheur des ogres, Le fée carabine, La petite marchande de prose, Monsieur Malaussène, Monsieur Malaussène au théâtre» de Daniel Pennac par Jean-Claude

 

-         « Soie » d’Alessandro Baricco, qui était le livre à lire en commun et dont la critique de Jean-Claude se trouve ici. (J’attends les autres comptes rendus avec impatience)

 

-         D’autres ouvrages, je ne me souviens plus des titres car je n’ai pas pris de notes, mais dont je suis sûr que vous m’enverrez des commentaires afin que je puisse rectifier le tir.

 

 

On a également parlé de 3 projets, plus ou moins littéraires, mais Ô combien culturels :

-         Organisation de concerts francophones à Zürich (Jean-Claude)

-         Création d’un prix littéraire du club de lecture (Jean-Claude)

-         Mise en place d’un atelier d’écriture (Patricia)

 

Pour la prochaine réunion : après une délibération très très rapide (il devait déjà être tard et la fatigue se faisait sentir), il a été décidé à l’unanimité que la lecture commune serait "La consolante " d’Anna Gavalda. La réunion aura lieu chez Patricia le jeudi 19 juin (la répartition des plats à apporter n’ayant pas été débattue, elle devra se faire ici-même, sur le blog). Sinon coups de cœur et/ou de haine attendus… et avancées sur les 3 projets également.

 

Encore merci à tous pour votre présence, votre bonne humeur et vos bouteilles de Proseco. On se réjouit de la prochaine réunion.

 

Jean-Claude

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Compte rendu - réunions
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 16:31

Petit compte rendu de la réunion du club de lecture de Zürich, 16 avril 2008, café Balthazar.

 

Ont activement participé aux débats et aux discussions:

 

- Alexandra,

- Cécile,

- Patricia,

- Jean-Pierre,

- Laurent,

- Jérôme,

- Jean-Claude.

 

Les livres "coups de cœur" présentés ont été:

 

-         "Wir fliegen " de Peter Stamm (instituteur à Winterthur), livres de nouvelles entre 10 et 15 pages en allemand (pourtant on avait bien dit francophone non ?). Ça rappelle « Les nains de Jardin » mais c’est davantage suisse-allemand (on s’en serait douté). Les protagonistes essaient de dépasser leurs limites,

   

-        « Rapport aux bêtes » de Noëlle Revaz par Cécile,

 

-        « Une brève histoire de l’avenir » de Jacques Attali par Jérôme, essai, historique de « l’ordre marchand », développement de différentes sociétés à travers l’histoire (Bruges XIIIème siècle…) jusque dans le futur (2050), mondialisation… Très intéressant mais le style n’est pas très bon (dépend de ses nègres ?)

 

-         « La confrérie des éveillés » de Jacques Attali par Jérôme, explique la situation particulière de Cordoue au XIIème siècle (cohabitation pacifique des 3 religions monothéistes) mais fin du livre assez « pourri »

 

-         « Les chroniques de San Francisco » 3 tomes de Armistead Maupin par Alexandra, petites chroniques de personnes qui se croisent, années Sida 1980-1990,

 

-         « Les essais de Montaigne » par Jean-Pierre, c’est un peu l’invention de la notion d’essai

 

-         « Maigret se défend » de Georges Simenon par Laurent, c’est bien Simenon, l’amour de Paris etc.…

 

-         « Une gourmandise » de Muriel Barbery par Patricia (elle a préféré « Le Hérisson »)

 

-         « Le dictateur et le hamac » de Daniel Pennac par Jean-Claude, livre assez étonnant qui mêle un roman, les personnages du roman en dehors du roman, la vie de personnages ayant inspiré le roman, des anecdotes de la vie de l’auteur ayant un rapport avec le roman, des rencontres vraies, des rencontres imaginaires, des retours au roman... On s’y perd un petit peu. Certains passages sont néanmoins remarquables.

 

 

La lecture commune du mois: « La chasse au bonheur » de Jean Giono.

 

Patricia : a lu le livre il y a 15 ans, beaucoup de plaisir, bien écrit, mais pas envie de le relire. Poussées d’émotions. N’aime pas le titre du livre. Le bonheur est plutôt quelque chose de féminin. Le bonheur ne se chasse pas. Meilleur texte « le sommeil » où l’auteur rêve de Turin et où il se rendra en fait plus tard, texte pas démodé. Qualité dans l’ensemble supérieure au « Hérisson ».

 

Cécile : Titre polémique, ne convient pas. Plaisir au début mais un peu long. Ambiance sympa. Critiques un peu dépassées. Bons descriptifs des paysages. Langue bien écrite mais côté philosophique un peu moins bon. Pas de fil conducteur.

 

Laurent : Excellent livre. Lyrisme et côté humain typique Giono. Langage et expression « fabuleux ». Plus beau texte : « Le temps ». « Karakorum » se répète, c’est beau. Leçon de vie. Réflexion humaniste, pas un maître à penser. De temps en temps gros mots. Etonnant ! Délire sur Machiavel ! A relire de Giono : « Regain » ou « Colline »

 

Jean-Claude : C’est « gentil ». Question : qui a choisi l’ordre des textes publiés ?

 

Pour la prochaine fois et après de longues discussions, il a été décidé que la réunion se tiendrait chez l’un des membres du club (et pour commencer cette nouvelle tradition, c’est Jean-Claude qui s’y colle), le 22 mai 2008. Chacun apportera quelque chose à manger et/ou à boire.

 

La lecture commune choisie est "Soie " d’Alessandro Baricco. Sinon coups de cœur et/ou de haine attendus…

 

Encore merci à tous pour votre présence et votre bonne humeur.

 

Jean-Claude

 

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Compte rendu - réunions
commenter cet article

Liste D'articles

  • Danube - Claudio Magris
    Le Danube prend sa source en Forêt-Noire et termine sa course de 3000 km à son delta en mer Noire. Le grand érudit italien descend le fleuve comme un touriste. Il traverse la Bavière, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie....
  • Le chagrin - Lionel Duroy
    Un livre coup de poing, par un véritable écrivain. William raconte sa vie, depuis la rencontre de ses parents. Théophile du Noyer de Pranassac, rejeton d’une famille de petite noblesse désargentée, s’éprend de la très belle Suzanne Verbois, fille d’un...
  • Courriels mortels - Jean-Claude Grivel
    « Courriels mortels » est un petit essai policier, sans prétention, mais son mode de narration « direct et sans détour », en fait un ouvrage divertissant parfait à lire entre deux romans que l’on qualifierait de plus « sérieux ». Une galerie de personnages...
  • Mes voyages avec Hérodote - Ryszard Kapuscinski
    L’ami Ryszard (1932-2007) a parcouru le monde avec son livre de chevet, les « Histoires » dont voici le premier paragraphe: «Hérodote d'Halicarnasse présente ici les résultats de son enquête afin que le temps n'abolisse pas le souvenir des actions des...
  • A moi seul bien des personnages - John Irving
    La critique est unanime pour le « A moi seul bien des personnages » de John Irving. À les lire, on retrouve l’auteur du « monde selon Garp ». Ainsi, on lit dans « le Monde » « Ironie ravageuse, provocation tranquille, obsessions burlesques, débauches...
  • Le dernier des nôtres - Adélaide de Clermont-Tonnerre
    Février 1945 en Allemagne nazie. Dans Dresde réduite en cendres par les bombes incendiaires alliées, les vagissements d'un nouveau-né retentissent à l'intérieur de la cathédrale transformée en mouroir. Une femme à l'agonie a eu le temps de mettre au monde...
  • L'ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon
    L 'histoire se situe à Barcelone, dans l'après-guerre. Le père du jeune Daniel le conduit au Cimetière des Livres Oubliés, une bibliothèque secrète, réservée à des initiés, immense, renfermant des œuvres anciennes oubliées. On se croirait chez Borges....
  • Un homme - Philip Roth
    Relecture, après une dizaine d’années, de ce chef d’oeuvre de Philip Roth. Voici mon commentaire de l’époque: « L’histoire d'un homme, mais le titre original (Everyman) convient mieux. Le livre commence dans un cimetière. On y enterre un homme de 75 ans,...
  • Goodbye, Columbus - Philip Roth 
    Pour ceux qui ne connaissent pas Philip Roth, ces six nouvelles publiées en 1959 sont une excellente introduction. Tout y est déjà: le Sémite (ahhhh les mères juives), le provocateur, le paillard, l’agnostique, l’humoriste, et surtout l’immense écrivain....
  • Check-Point - Jean-Christophe Rufin
    Déception (ou coup d’épée dans l’eau). Cinq ‘humanitaires’ partent avec deux camions pour la Bosnie. Cela se passe au moment du morcellement de l’ex-Yougoslavie. Un mélange inextricable de langues, de religions et d’histoire contemporaine. J’ai trouvé...